Éco-anxiété: et si on parlait plutôt d’éco-lucidité?

L’éco-anxiété, alimentée par les menaces qui pèsent sur notre planète, est désormais prise au sérieux par la communauté scientifique.
Le groupe des Shifters de Rennes a organisé un débat sur ce thème le 5 juin. Conclusion : on peut faire de l’éco-anxiété une alliée pour passer à l’action.

Décarbonation des entreprises : mesurer pour mieux agir

Comment décarboner une activité industrielle ? D’abord en mesurant son impact, avec une approche solide. Mais comme le soulignent les membres du Club ETI Bretagne, qui réunit des entreprises de taille intermédiaire dans différents secteurs d’activité, la démarche doit être largement partagée en interne pour pouvoir être efficace.

Bioblitz : connaître les espèces pour mieux les protéger​

Les 17 et 18 avril, une cinquantaine de participants, des experts et des débutants, ont arpenté le campus étudiant de Ker Lann durant 48 heures à la recherche d’espèces locales, à l’occasion du Bioblitz. L’évènement, organisé par UniLasalle, l’ENSAI et l’ECAM a permis de réaliser un inventaire éclair de la biodiversité. Reportage.

Les conventions pour le climat séduisent les entreprises et l’Université

Coup sur coup, à Rennes, le monde académique et entrepreneurial se met en mouvement à l’heure des transitions. La deuxième convention des entreprises pour le climat (CEC Ouest) se prépare à accueillir sa prochaine promotion. De son côté, l’Université de Rennes embarque ses collaborateurs pour une Convention de l’Université en Transition, de mai à janvier, selon une méthodologie partagée avec la CEC.

Avec Écod’O, les économies d’eau deviennent réalité

Accompagner les entreprises bretonnes dans une démarche d’économie d’eau, tel est l’objectif du programme Écod’O. Initié en 2019 dans le Morbihan, il est désormais déployé sur l’ensemble de la Bretagne. Et les résultats sont positifs : les entreprises deviennent plus sobres et participent à la préservation des ressources naturelles.

Coeur et Canopée crée une micro-forêt dans la cour de l’école

C’est une initiative qui répond à l’enjeu essentiel du réchauffement climatique. Comment créer des ilots de fraicheur en milieu urbain ? Cœur et Canopée propose de créer des micro-forets très denses, selon le principe popularisé par le botaniste japonais Akira Miawaki.

[EDITO] La nature, source d’inspiration pour l’entreprise

Alors que de nouvelles études scientifiques révèlent l’accélération de l’effondrement de la biodiversité, il est urgent de repenser notre relation au vivant. Le tiers des oiseaux des champs ont disparu de nos campagnes en 30 ans, les populations d’insectes disparaissent à un rythme inédit… Plus que jamais, il nous faut repenser notre lien avec la nature, y compris dans notre dimension économique.

La bauge : « une technique du passé, mais aussi du futur »​

Depuis 7 ans, Nathan Crouzet rénove une ferme à Cesson-Sévigné avec l’aide de bénévoles et d’apprentis. Architecte de formation, il enseigne les différentes techniques d’éco-construction, en particulier celle de la bauge, une méthode ancestrale élaborée à partir de terre crue, de paille et d’eau. Reportage.

INTERVIEW – L’océan, un puits de carbone sous-évalué, qu’il faut protéger

Le Brestois Frédéric Le Moigne fait partie de l’équipe internationale de scientifiques qui vient de publier une étude remarquée dans la revue Nature. Elle montre que les capacités biologiques de stockage de carbone dans les océans sont beaucoup plus importantes que prévu. La protection des mondes marins est plus que jamais essentielle.

Les haies bocagères, atouts clé pour les plantations et la biodiversité​

Défenseur de la biodiversité, Nathan Crouzet veut replanter deux kilomètres de haies bocagères, détruites pendant le remembrement dans les années 70 à Cesson-Sévigné. Il vient de lancer un appel à bénévoles sur son compte Facebook en invitant tous ceux qui le souhaitent à une session « plantation » entre Noël et le nouvel an. En plus d’embellir la campagne, les haies ont de multiples avantages. Explications avec Yann Gouez, chargé de mission bocage et biodiversité.

Bilan carbone : le nécessaire casse-tête des entreprises ​

Depuis 2014, les entreprises de plus de 500 salariés ont l’obligation d’effectuer un bilan carbone. Certaines sociétés, plus petites, choisissent de le faire de leur plein gré, soucieuses de l’urgence du changement climatique. Après le constat, place à l’action. Delphine Rault, dirigeante de Grand Ouest Etiquettes, s’est livrée à MAPInfo. Entre viabilité économique et réduction des gaz à effet de serre, elle finit « par développer une forme d’éco-anxiété ». Rencontre.

Recherche