Infos Solidarités

Publié le 

La Ferme de Quincé : un tiers-lieu agri-culturel ancré sur son territoire

L'association 35 Volts compte 500 bénévoles dont une quinzaine actifs et impliqués régulièrement et 3 salariés à temps plein.
 
  • La ferme de Quincé fonctionne selon trois axes : culture, agriculture et social
 
 
  • Le tiers-lieu a pour vocation de rompre l’isolement
 
 
  • Le quartier de Beauregard est celui qui compte la plus forte proportion de personnes isolées de la métropole 
 
 

En 2020, le collectif 35 Volts a remporté un appel à projets lancé par la ville de Rennes pour la revalorisation de la Ferme de Quincé. En avril 2021, le lieu prenait vie. Destiné en premier lieu aux habitants du quartier de Beauregard, ce tiers-lieu mêle transitions environnementales, alimentaires et évènements culturels.  Cette initiative s’inscrit dans la dynamique de l’économie sociale et solidaire, particulièrement présente en Bretagne, comme le confirment les chiffres récemment publiés par la CRESS Bretagne

Un lieu pour les habitants de Beauregard 

Nichée au cœur  du quartier de Beauregard, la Ferme de Quincé est un lieu de vie agri-culturel à part entière. L’association 35 Volts a rénové cet ancien corps de ferme, du nord-ouest de Rennes, pour en faire un lieu destiné aux habitants du quartier, après avoir remporté un appel à projets de la Ville de Rennes. 

Depuis son lancement en avril 2021, le tiers-lieu est ouvert d’avril à octobre. Le site de quatre hectares comprend un restaurant et un bar, mais aussi un hectare de terre cultivée, réservé à l’agriculture urbaine biologique.

« Ce tiers-lieu n’a de sens que parce que parce qu’il est ancré dans le territoire », reconnaît Marine Kunstmann, coordinatrice de l’association. C’est pourquoi, en plus des trois salariés à temps plein (cinq en saison), le site fonctionne grâce à l’aide de bénévoles, venus de tous horizons. « Ce sont des jeunes actifs, des retraités des chômeurs, des intermittents du spectacle », énumère la jeune femme. Chaque lundi, l’association lance un appel à bénévoles sur sa page Facebook qui compte déjà 500 adhérents. Cette participation à la vie du lieu leur permet de découvrir plusieurs activités. 

Le site compte 4 hectares, dont un cultivé en maraichage biologique.©joelayterphotographie
« Ce tiers-lieu n’a de sens que parce qu’il est ancré sur son territoire ! »

Marine Kunstmann, coordinatrice du collectif 35 Volts

Triptyque gagnant  : social, culture et agriculture 

À commencer par le maraîchage. « Nous cultivons des légumes, qui sont ensuite vendus à dix-huit restaurants rennais. Nous sommes aussi présents le samedi sur le marché des lices », explique Marine Kunstmann. Le reste de la récolte part vers les fourneaux du restaurant de la ferme, qui propose des plats variés pour une dizaine d’euros. Après avoir mis la main à la terre, les bénévoles repartent avec des légumes. Le collectif prône le bien-manger, l’agriculture biologique, locale et le circuit-court. Dans une dimension de récupération, tous les légumes invendus sont donnés aux associations Utopia 56 et Coeurs résistants, affiliées à la Banque alimentaire

La ferme de Quincé se revendique également comme étant un lieu festif et artistique. L’été et jusqu’à la mi-automne, la ferme accueille aussi des évènements musicaux, des concerts et autres rendez-vous artistiques. « Pour l’instant, c’est le volet culturel qui finance le reste, car il faut trois ans pour être rentable en maraîchage », explique la jeune femme. 

Sortir les habitants de l’isolement 

Pour « ne pas se contenter d’être juste une guinguette », les membres du collectif sont en train de développer la dimension sociale du lieu. En partenariat avec le bailleur social Aiguillon Construction, organisme HLM du Groupe Arcade VYV, l’association a pour projet de créer, dans l’une des granges, un lieu d’entraide et de rencontres. « Les gens pourront venir pour être accompagnés dans leurs démarches administratives », précise Marine Kunstmann. 

L’objectif ? « Sortir les personnes de l’isolement »Beauregard est le secteur de la métropole qui concentre le plus de personnes seules dans leur logement, des étudiants et des personnes âgées. Avec ce partenariat, Aiguillon construction veut répondre aux besoins sociaux de ses habitants, car le bailleur détient près de 200 logements sociaux dans le quartier. « Ces publics ne sont pas faciles à atteindre. Ils n’osent pas venir dans ce type de lieu par méconnaissance. Nous voulons les amener à se mélanger et à découvrir la Ferme de Quincé« , rapporte Patricia Ferron, responsable du pôle social et innovation d’Aiguillon construction.  

La Ferme de Quincé comprend un vaste espace dédié au maraîchage biologique. (©joelhayterphotographie).
Le tiers-lieu propose des activités culturelles pendant l'été au grand public.( ©joelayterphotographie).

                                LA BRETAGNE, PREMIÈRE RÉGION POUR L’EMPLOI ESS

 

La ferme de Quincé fait partie de ce secteur multiforme qu’on appelle l’économie sociale et solidaire (ESS). Comme chaque année en cette période (novembre est le mois de l’ESS), l’observatoire régional de l’ESS en Bretagne rend son rapport d’activité. Cette économie est celle des associations, fondations, mutuelles, coopératives et entreprises dites associées. Elles sont en croissance constante depuis la création de ce statut en 2014. La Bretagne est la première région française en terme d’emplois issus de l’ESS.  

 

Un mois pour valoriser le secteur de l’ESS

« Nous avons recensé 300 évènements, qui ont réuni 20 000 participants », résume Grégory Huchon, directeur de la CRESS (Chambre régionale de l’économie, sociale et solidaire) quand il évoque ce mois de novembre, mois consacré partout en France à l’économie sociale et solidaire. La Région Bretagne a d’ailleurs été l’une des régions les plus dynamiques en terme d’initiatives sur cette période. Il faut dire que, particularité bretonne, des instances de l’ESS (les ADESS) sont présentes sur tout le territoire et réparties en fonction des « pays ». Ces actions permettent de donner une visibilité aux secteurs concernés. Mais pour Grégory Huchon, l’enjeu est ailleurs. « Les populations nous connaissent, nous sommes présents sur les territoires. Nous devons maintenant convaincre les pouvoirs publics de l’utilité, sociale, environnementale, démocratique de notre économie ».

Plus de 13% des emplois issus de l’ESS

La CRESS a rendu son bilan pour l’année 2022 de l’ESS en Bretagne. Comme avant le confinement, la Bretagne est la région française qui affiche le plus fort taux d’emplois issus de l’économie sociale et solidaire (13,8 % des emplois) avec une croissance de plus de 3000 postes en 2022. 

C.M.

Adèle CHARRIER 

Recherche